Logement

Publié le 20 Septembre 2012

Logement

Il apparaît urgent de réinvestir le centre ville en favorisant la réhabilitation des logements anciens dont certains sont insalubres. L’abandon du centre par les activités commerciales et de services (santé et tertiaire) a condamné les quartiers anciens à l’installation de populations de plus en plus pauvres, de nouveaux trafics et une disparition de l'animation du cœur de ville.

Dans son projet de Loi, Cécile Duflot précise (Var Matin 17/09 /2012) les modalités de la construction de logements nouveaux…

L’effort à fournir à La Seyne est plus sur la réhabilitation de l’existant que sur la construction. Que ce soit dans les groupes de logements sociaux existants ou dans l’ancien, le logement se dégrade. Avant d’envisager de nouvelles constructions sur les propriétés ou le foncier cédés par l’Etat, il est temps de revoir les conditions d’habitat pour un grand nombre de Seynois . Le logement insalubre devrait être pris en compte par l’état sans discrimination ( population bénéficiaire ou pas d’allocations). Si le travail de l’ANAH (Via la SAGEM) comme celui d’autres intervenants est nécessaire en centre ville, il faut donner plus de moyens aux propriétaires d’engager des travaux.

Relancer les programmes de réhabilitation de l’habitat aidé par l’état avec des loyers conventionnés plafonnés, c’est bien mais aujourd’hui il faut élargir le périmètre.

De plus, les constructions neuves récentes, et l’augmentation de la population qu’elles induisent, devraient conduire la municipalité à créer de nouveaux équipements comme les crèches, les écoles, ou les maisons de retraite et à repenser les modes de transports en commun et de circulation en ville . Il est temps d’entretenir l’existant et d’organiser la ville plutôt que construire toujours plus…. de logements.

Rédigé par Nathalie Bicais

Publié dans #themes

Commenter cet article