Coulée par le béton

Publié le 4 Octobre 2012

C’est pour lutter contre le bétonnage que Marc Vuillemot a été élu contre Arthur Paecht aux dernières municipales. Depuis, pas un permis de construire n’ a été annulé. Pire, le rythme de construction d’immeubles toujours plus imposants, (voir le bas de Général Carmille) se maintien malgré la crise. On a vu le ravage que cela produisait dans certain quartier et de manière général l’effet négatif sur la circulation. Les nouveaux documents d’urbanisme, au lieu de calmer le jeu de la spéculation immobilière autorisent les immeubles à s’installer sur des trottoirs qui n’étaient déjà pas large, et de fait obligent à instaurer des sens uniques. Les accès se complexifiant sur certaines parties de notre territoire, les voitures roulent plus, ce qui a pour effet l’augmentation de la pollution

Alors pourquoi ? On a l’impression que la population est le dindon d’une farce, dans laquelle l’élu de droite fait des barres d’immeubles et l’élu de gauche fait des barres d’immeubles, social ou pas, mais cède toujours au plus de béton !

Est-ce un manque d’imagination ? Est-ce un aveuglement dogmatique ?

La vraie question est qu’est ce que le citoyen à y gagner ? Qu’est ce que la ville a y gagner ? Réponse : RIEN

Il n’est pas difficile de voir que ce bétonnage appauvrit la ville qui devrait déjà réaliser des équipements tels des crèches qui sont déjà insuffisantes, mais cela vaut aussi pour les réseaux, les traitements d’ordures, les maisons de retraite, les écoles… Même si des recettes d’impôts supplémentaires sont attendus avec les nouveaux arrivants,, cela ne compensera pas les frais d’équipements qui devront être payés par la ville via nos impôts. Enfin,, cela détruit notre cadre de vie, et notre grande richesse, pour ne pas dire notre seule richesse, c’est notre cadre de vie… Alors pourquoi le détruire ?

Aussi, je m’associe à Philippe Mignoni et tous ceux qui ont le courage aujourd’hui de dire NON au nouveau projet de logements à Gaumin. L’EPF n’est qu’un outil de portage du foncier, le choix de construire incombe bien à la municipalité. Je voudrais rappeler que je me suis battue contre le même système qui consiste à être élu sur un programme et faire tout autre chose.

Une politique intelligente au niveau de l’urbanisme ce serait déjà de faire des réserves foncières pour les équipements à venir, d’instaurer des reculs par rapport aux voies pour avoir enfin des trottoirs pour se promener, c’est faire des respirations dans les tissu déjà trop dense de la ville, c’est entretenir l’existent au lieu de cette surenchère du béton, c’est pouvoir respirer dans cette ville qui est si mal aimée, c’est enfin pouvoir lâcher la pression… immobilière.

Coulée par le béton

Rédigé par Nathalie Bicais

Commenter cet article